Le portier genevois jouera ce soir le dernier match de sa carrière professionnelle.


D’un commun accord avec le club, David Gonzalez arrêtera sa carrière à la fin de sa saison pour intégrer le staff des entraîneurs des gardiens de l’académie.

Arrivé au Servette FC à l’âge de 10 ans « Gonzo », comme l’appellent ses proches et ses coéquipiers, a gravi tous les échelons au club jusqu’à intégrer le groupe professionnel à l’âge de 16 ans. Il part en 2005 au FC Sion où il dispute de nombreuses rencontres avec la deuxième équipe du club valaisan. Il se retrouve propulsé numéro un en début de saison 2007-2008. Il y disputera 10 matches en 1ère division.

Au début de la saison suivante, il est prêté au SFC avant d’y être définitivement transféré. Il est le gardien titulaire lors de la saison de la montée en LNA en 2011. Il dispute 35 matches de Super League avec le club de son cœur. Transféré à Etoile-Carouge, il revient chez les Grenat lors de la saison 2015-2016 de Promotion League et fête avec le SFC une promotion en Challenge League. 

David Gonzalez, c’est 148 matches de championnat avec les Grenat. Qu’il soit titulaire ou remplaçant, Gonzo a toujours fait preuve d’un grand amour du maillot et d’un respect de l’institution. Le Servette FC le remercie pour son dévouement et se réjouit de collaborer avec lui dès la saison prochaine dans le secteur de la formation des jeunes gardiens.

David Gonzalez : « Je veux remercier les supporters qui nous ont toujours encouragé, dans les bons comme les mauvais moments. Un grand merci également aux dirigeants qui m’ont fait confiance en me rapatriant de Carouge ainsi que pour la suite. Une pensée également pour mes coéquipiers. Même si on n’a pas vécu une grande saison, j’ai passé une belle année avec ces supers gars. Merci au staff technique ainsi qu’à mon mentor, Thierry Barnerat, qui m’a toujours épaulé et guidé. Enfin, un énorme remerciement à ma famille qui m’a toujours soutenu. »

Titulaire et capitaine ce soir, un hommage lui sera rendu en compagnie de sa famille et ses proches.

Merci pour tout Gonzo !